Vers la mise en place de la Gestion axée sur les résultats en 2020

Le Sénégal compte basculer sur le budget programme en 2020, c’est dans ce sens qu’un atelier a été organisé par le ministère de l’Économie, des Finances et du Plan, en collaboration avec la Coopération luxembourgeoise. Cet atelier organisé le 26 septembre 2018 au profit des médias vise essentiellement à leur présenter un module de formation en ligne sur le cadre harmonisé des finances publiques de l’UEMOA en vue de leur sensibilisation sur cette nouvelle donne.

«Toutes ces réformes doivent entrer en vigueur en janvier 2020 (année d’application de toutes les dispositions) et cela requiert une appropriation par les différents acteurs concernés dont principalement les agents de l’État impliqués dans la gestion des finances publiques, la presse et la société civile », a informé le secrétaire général du ministère de l’Économie, des Finances et du Plan, M. Bassirou Samba Niass.

Le Sénégal s’est résolument engagé dans un processus de réforme des finances publiques dont l’objectif principal est d’améliorer la transparence et de promouvoir l’économie, l’efficacité et l’efficience dans la gestion des affaires publiques.

Selon le Coordonnateur du Programme de Coordination des Réformes budgétaires et financières (PCRBF) M. Mor Diouf, en 2020 on va changer de paradigme en passant du budget axé sur les moyens (GAM) vers les budgets axés sur les résultats (GAR). C’est ainsi que chaque ministère sectoriel deviendra l’ordonnateur de ses propres dépenses et rendra lui-même compte de sa gestion ; autrement dit, ce transfert va aussi s’accompagner de transfert de responsabilité selon M. DiOUF.

Les experts se penchent sur l’évaluation

La commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) passe en revue avec le gouvernement du Sénégal l’état de mise en œuvre des réformes, politiques et projets communautaires les 25, 26 et 27 septembre 2018 à Dakar. Cette revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaire est un outil stratégique privilégié, de veille et de dialogue entre la Commission et les États membres.

«L’objectif visé par la revue est de donner une plus forte impulsion politique au processus d’intégration régionale dans l’espace de l’Uemoa, en identifiant dans un premier temps les facteurs pouvant constituer un goulot d’étranglement ou pouvant atténuer l’efficacité des réformes et projets communautaires, dans un second temps en accompagnant les États dans l’atteinte de résultats probants», a affirmé Son Excellence Mme Aissa-Kabo-Sidikou, représentante résidente de la Commission de l’Uemoa à Dakar.

Les experts de l’Uemoa et du Sénégal vont évaluer pendant ces trois jours la performance du Sénégal en termes de résultats atteints et les difficultés persistantes aussi bien dans l’application des réformes que dans la réalisation des projets communautaires.

Le secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, M. Bassirou Samba Niass qui présidait la cérémonie d’ouverture a salué positivement la tenue de cette revue.

En outre, il affirmé qu’au plan national, il y a une forte dynamique d’internationalisation des normes de l’Uemoa dans le droit positif sénégalais, car notre pays accorde une place privilégiée à l’intégration sous-régionale.

Au terme de cette rencontre, les experts vont produire un rapport qui sera soumis aux autorités locales avant d’aboutir sur la table des chefs d’État.

Les Pays-Bas octroient 13,3 milliards F Cfa au Sénégal

Le ministre de l’Économie, des Finances et du Plan, M. Amadou Ba a procédé avec Monsieur Bert VERMAAT, Premier Conseiller de l’Ambassade des Pays-Bas au Sénégal, à la signature de deux conventions de financement pour un montant total de 20,4 millions euros, soit environ 13,380 milliards FCFA pour la dépollution de la Baie de Hann et l’électrification de structures de santé en Casamance.

Le premier accord est relatif au Projet de dépollution de la Baie de Hann et porte sur une subvention d’un montant de vingt millions (20 000 000) d’Euros, soit 13 119 000 000 de FCFA, octroyée au Sénégal par le Royaume des Pays-Bas.

Cet important concours auquel s’ajoute le financement de trente millions (30 000 000) d’Euros conclu avec l’Agence française de Développement nous permet de prendre en charge, de manière durable, la question de la dépollution et de la valorisation de la Baie de Hann.

Le second accord porte sur le financement d’une étude de faisabilité pour la mise en place du projet relatif à l’électrification des infrastructures de santé en Casamance.

Cette subvention s’élève à 400 000 euros, soit environ 261,7 millions FCFA. Ledit projet sera exécuté par l’Agence nationale pour les Énergies renouvelables (ANER) qui va en assurer la maitrise d’ouvrage.

Selon le ministre de l’Économie, des Finances et du Plan, monsieur Amadou Ba, l’appui considérable que le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas accorde au Sénégal pour la réalisation de cet important projet constitue une réponse pertinente aux préoccupations des populations riveraines de la Baie de Hann exposées quotidiennement aux déchets toxiques et polluants des industriels et des professionnels du secteur des hydrocarbures.

Pour le premier conseiller de l’Ambassade des Pays-Bas au Sénégal, Bert Vermaat, c’est aux entreprises et aux habitants de la Baie de faire en sorte que l’assainissement des eaux et la propreté de la plage soit durable et continue dans les décennies à venir ; et cela, une fois le programme de dépollution terminé.

Les experts invités à développer des mécanismes pour lutter contre la corruption

Le CESAG, en partenariat avec l'Association Africaine de Comptabilité et de Finance (AAFA), a organisé la 8ème conférence annuelle Africaine de Comptabilité et de Finance le mercredi 05 septembre 2018 .Les experts se sont réunis au autour du thème : «gouvernance et soutenabilité du développement en Afrique».

L’AAFA est une organisation constituée en 2011 dont l’ objectif est d’offrir aux universitaires, aux praticiens et aux décideurs politiques, une plateforme d’échanges, de partage d’expériences et de réflexions sur les pratiques de la Finance, de la Comptabilité, de l’Audit et du Contrôle de Gestion, et de la Gouvernance en Afrique.

De l’avis du ministre en charge budget, M. Birima Mangara qui présidait la rencontre « La recherche en Afrique est particulièrement importante étant donné que la plupart des références de recherches effectuées sur les questions et les enjeux africains sont essentiellement d’initiative hors africaine. Cette posture doit changer et l’AAFA à la lourde responsabilité de bouleverser ce statu quo.

L’AAFA et ses membres ont l’impératif défi de saisir l’opportunité qui s’offre à eux de conduire des recherches adaptées aux besoins de l'Afrique a-t-il-ajouté.

En outre, il a aussi exhorté les participants de réfléchir sur ce fléau qui gangrène le continent africain qu’est la corruption.

« En tant qu'experts en comptabilité et en finance, vous connaissez la motivation et les conséquences des activités de corruption et vous avez l’obligation de développer des mécanismes et dispositifs contribuant à lutter contre ce mal et ses délits connexes » a déclaré M. Birima Mangara à l’endroit des participants.

Selon l'indice de perception de la corruption 20I7, environ 23 sur les 54 pays africains (soit 43 %) se situent dans le dernier quartile des pays à forte prévalence de corruption.

Le Directeur du Centre Africain d’études supérieures en gestion (Cesag), Professeur Bayala Balibé Serge Auguste pense que «ce rendez-vous est une rencontre entre académiciens et praticiens de la comptabilité et de la finance». L’objectif est de mettre en rapport ces deux mondes afin que les uns et les autres puissent partager les connaissances produites ici ou ailleurs» a renseigné M. Bayala Balibé Serge Auguste.

Lock full review www.8betting.co.uk 888 Bookmaker

PROGRAMME TRIENNAL D'INVESTISSEMENTS PUBLICS (PTIP) 2015 - 2017

Ce document décrit, dans un premier temps, les caractéristiques générales du programme triennal d’investissements publics sur la période 2015-2017 avec, d’une part, la mise en exergue des axes stratégiques de la politique eéconomiqueet sociale... Lire site

Plan d’Actions Prioritaires

DemoPlan d’Actions Prioritaires (PAP)

Le PAP opérationnalise le Plan Sénégal Émergent à travers la mise en cohérence des axes stratégiques, objectifs sectoriels et lignes d’actions, avec les projets et programmes de développement dans un cadre budgétaire sur la période 2014-2018... Lire suite

INDICATEURS CLÉS

Croissance économique
PIB Annuel : +4,3% imgstatut (2014 - )
Prod industrielle : +0,3% imgstatut (Janv - 2018)
PIB Trimestriel : -0,4% imgstatut (T4 - 2017)

Prix à la consommation
Indice Harmonisé : +1,0% imgstatut (Fev - 2018)
Indice National : +0,1% imgstatut (Fev - 2018)
Taux d'Inflation (2015) : 0,1%

Echanges extérieurs
Exportation : -1,6% imgstatut (Fev - 2018) 
Importation : -20,9% imgstatut (Fé - 2018)
Prix à l'export :-0,4% imgstatut (Janv - 2018) 
Prix à l'import : +2,6% imgstatut (Jan - 2018)

MAP -MEFP

Contacts

Rue René Ndiaye x Avenue Carde, 4017 Dakar
+221 33 889 21 00 - This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.