L’AFD met 3,2 milliards à la disposition du Sénégal

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan M. Amadou Bâ et le représentant de l’Agence Française de Développement (AFD) ont procédé ce 30 mars 2018 à une signature de convention au profit des aires marines protégées.

D’un montant de 3,279 milliards, cette subvention est destinée à financer le projet d’amélioration de la biodiversité des aires marines communautaires a indiqué le ministre Amadou Bâ.

A travers cette subvention, il s’agit de renforcer la capacité de notre pays à gérer des aires marines protégées en s’appuyant sur l’expérience acquise des aires établies en zones de mangroves gérées par les communautés locales.

Plus spécifiquement, le projet vise à améliorer le cadre juridique de l’environnement et du développement durable, de favoriser le développement d’activités économiques dans les zones d’emprise des 4 aires marines protégés qui permettent de réduire la pression sur la ressource halieutique et enfin d’améliorer l’efficacité des 4 aires marines protégées prioritaire que sont : Bamboung et Sangomar dans le delta du Saloum, de Niamone-Kalounaye et Kassa Balantacounda en casamance.

Pour l’ambassadeur de la France, Son Excellence Christophe Bigot, cette subvention de l’AFD va permettre d’améliorer de 10% la biomasse, d’augmenter de 20% les ressources halieutiques, de lutter contre l’érosion côtière et de développer le tourisme. A cela il faut ajouter l’amélioration des ressources des populations autochtones.

Quant au ministre de l’environnement, M. Mame Thierno Dieng, cette subvention de l’Etat français aidera le Sénégal à limiter la dégradation de son environnement, à améliorer son alimentation grâce aux produits halieutiques et enfin participer à l’équilibre de l’écosystème.

15 milliards de FCFA pour la sécurité, le transport et la compétitivité

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan M. Amadou Bâ et le représentant de la commission de l’Union Européenne Joaquim Gonzales Ducay ont paraphé 3 accords de financement au profit de notre pays le 30 mars 2018.

Pour un coût total de 15,021 milliards FCFA, ce financement est destiné à trois secteurs : la sécurité intérieur, la gouvernance du transport, et enfin l’appui à la compétitivité.

Le premier financement d’un montant de 6,5 milliards de FCFA porte sur le « Programme de coopération pour la sécurité intérieur entre le Sénégal et l’UE » (SENSEC). Il a pour objectif de prévenir et de réduire les facteurs de déstabilisation interne et externe de l’Etat du Sénégal en vue de préserver son potentiel de développement.

Ce programme couvre tout le territoire national et permettra d’améliorer l’efficience, l’efficacité et la redevabilité des services de sécurité intérieure pour lutter contre les grandes menaces selon le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan.

Le deuxième financement concerne le « Projet régional de gouvernance du transport », d’un montant de 2,6 milliards de FCFA, il vise à contribuer à l’amélioration de la pérennité et de la sécurité du système régional de transport routier.

Il vise en outre, à renforcer les capacités institutionnelles et de gestion administrative des agences sous tutelle et à améliorer le réseau régional. Le dernier financement est enfin destiné au « Projet d’Appui à la Compétitivité de l’Afrique de l’Ouest » (PCAO). Financé à hauteur 5,9 milliards, il a pour objectif de contribuer à la transformation structurelle de l’économie par la production de biens et services compétitifs à plus haute valeur ajoutée pour assurer la croissance, la création d’emplois qualifiés et durables ainsi que l’augmentation des exportations et des revenus. Il est destiné aux acteurs de la filière mangue, oignons et aux sous secteurs des TIC.

Le Sénégal obtient 15 milliards de FCA de la Banque mondiale

En marge des assemblées annuelles de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International (FMI) qui se sont tenues du 16 au 22 avril 2018 à Washington, le Ministre de l’Économie, des Finances et du Plan, Monsieur Amadou BA, et Madame Louise J. CORD, Directeur des Opérations de la Banque Mondiale pour le Sénégal ont procédé à la signature de l’accord de financement du Projet d’investissement pour la résilience du littoral ouest- africain (WACA) le 21 avril 2018, d’un montant 15 809 000 000 de FCFA en présence de Monsieur Mansour FAYE, Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Maire de Saint Louis.

Ce projet a pour objectif de promouvoir diverses mesures de lutte contre l’érosion côtière : fixation des dunes, restauration de zones humides et de mangroves, rechargement des plages et construction d’ouvrages de protection et de digues.

En outre, il contribuera ainsi à réduire les inondations en restaurant les systèmes de drainage et en améliorant la gestion des bassins versants. Des interventions auront également pour but de lutter contre la pollution par un meilleur traitement des déchets marins et des déchets industriels, ainsi que des déversements d’hydrocarbures.

Par ailleurs, Le Sénégal a été cité en exemple, en matière de transparence budgétaire, lors de la table ronde de haut niveau sur le sujet tenu le 20 avril 2018, à Washington. En effet, au moment où les scores sur la transparence budgétaire ont baissé en moyenne dans l’Afrique francophone, le Sénégal a connu une progression exemplaire à la suite de l’évaluation biannuelle de l’Open budget conduite par « International Budget Partnership » (IBP) et basée sur le respect des trois piliers que sont la transparence,  le contrôle et la participation du public au processus budgétaire.

Ce sont les efforts faits par le Gouvernement, depuis 2012, en termes de lisibilité du budget et de simplification du projet de loi qui ont été loués.  Il s’agit notamment des supports de communication mis à la disposition du public et du Parlement (pas à pas pour lire la loi de finances, le budget citoyen, budget en bref, le budget genre, le PTIP en bref et le budget social), mais aussi dans la présentation du PTIP désormais scindé en trois (3) documents (PTIP par région, PTIP/banque de projets et PTIP/commentaires).

Une plaidoirie pour leur maintien dans les filières scientifiques

A l’instar de la communauté internationale, le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan a célébrée la journée des filles dans les TIC le mardi 24 avril 2018, marquée par la 6 ème édition de la Journée portes-ouvertes de la Direction du Traitement automatique de l’Information (DTAI).

Le thème retenu cette année porte sur : «l’accès des jeunes et des femmes au secteur des TIC, priorité nationale pour la diversification de l’économie et la création d’emplois pour un développement durable».

Selon Mme Gnagna DIOP Sow, Conseiller Technique qui représentait le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan « A l’heure où les TIC prennent une place grandissante dans la vie quotidienne et professionnelle, des différences liées au genre continuent d’impacter les perspectives de conception, d’appropriation et de maîtrise de ces outils stratégiques ».

Toutefois, elle exhorte les jeunes filles à choisir les séries scientifiques afin d’envisager, des études supérieures dans le domaine des TIC. Ces études offrent assurément des perspectives certaines, car utiles à tous les métiers a déclaré Mme Sow à l’endroit des jeunes filles.

Pour Mme Bitilokho Ndiaye, Conseiller Technique en genre du ministre de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie Numérique « ces journées ont été organisées pour inspirer les jeunes filles et les femmes à poursuivre une carrière dans le domaine passionnant des technologies de l’information et de la communication ».

Dans les prochaines années à venir des dizaines de millions d’emplois seront offerts dans le monde aux jeunes filles disposant de compétence numérique. C’est pour cela que le ministre en charge de l’Economie Numérique s’est engagé à renforcer la présence des femmes dans la gouvernance du secteur du numérique a renseigné Mme Bitilokho Ndiaye.

Pour terminer cette journée, les scientifiques en herbe ont eu l’occasion de profiter de cette journée portes ouvertes de la Direction du Traitement automatique de l’Information (DTAI) pour visiter la salle informatique de la DTAI, d’échanger et de s’inspirer de l’exemple et de l’expérience des femmes ingénieurs informaticiennes de la DTAI. Il faut retenir également que la DTAI a lancé le concours de la meilleure fille scientifique édition 2018.

Lock full review www.8betting.co.uk 888 Bookmaker

PROGRAMME TRIENNAL D'INVESTISSEMENTS PUBLICS (PTIP) 2015 - 2017

Ce document décrit, dans un premier temps, les caractéristiques générales du programme triennal d’investissements publics sur la période 2015-2017 avec, d’une part, la mise en exergue des axes stratégiques de la politique eéconomiqueet sociale... Lire site

Plan d’Actions Prioritaires

DemoPlan d’Actions Prioritaires (PAP)

Le PAP opérationnalise le Plan Sénégal Émergent à travers la mise en cohérence des axes stratégiques, objectifs sectoriels et lignes d’actions, avec les projets et programmes de développement dans un cadre budgétaire sur la période 2014-2018... Lire suite

INDICATEURS CLÉS

Croissance économique
PIB Annuel : +4,3% imgstatut (2014 - )
Prod industrielle : +0,3% imgstatut (Janv - 2018)
PIB Trimestriel : -0,4% imgstatut (T4 - 2017)

Prix à la consommation
Indice Harmonisé : +1,0% imgstatut (Fev - 2018)
Indice National : +0,1% imgstatut (Fev - 2018)
Taux d'Inflation (2015) : 0,1%

Echanges extérieurs
Exportation : -1,6% imgstatut (Fev - 2018) 
Importation : -20,9% imgstatut (Fé - 2018)
Prix à l'export :-0,4% imgstatut (Janv - 2018) 
Prix à l'import : +2,6% imgstatut (Jan - 2018)

MAP -MEFP

Contacts

Rue René Ndiaye x Avenue Carde, 4017 Dakar
+221 33 889 21 00 - This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.