Les dépenses publiques

Les dépenses totales et prêts nets sont arrêtés à 2287,2 milliards contre 2175,9 milliards en 2013, soit un accroissement de 111 milliards (+5,1%). Cette progression résulterait essentiellement du bon niveau d’exécution des dépenses d’investissement sur ressources internes ainsi que de l’augmentation des charges d’intérêt sur la dette et des dépenses de personnel. Les dépenses en capital sont programmées à 941,2 milliards contre 858,8 milliards en 2013, soit une hausse de 82,4 milliards (+9,6%) attribuable notamment aux investissements financés sur ressources internes. Ces derniers devraient enregistrer une augmentation de 54,6 milliards (+10,5%) pour se chiffrer à 576,6 milliards à fin 2014 .

Le ratio ‘‘dépenses en capital sur ressources internes rapportées les recettes fiscales’’ s’établirait ainsi à 36,9% contre 36,4% en 2013, soit largement audessus du plancher communautaire fixé à 20%, traduisant, dès lors, la volonté affichée par les autorités de consacrer une bonne partie des ressources budgétaires à l’investissement. En 2014, les dépenses en capital sur ressources internes représenteraient 61,3% de l’investissement public global.

Quant aux dépenses d’investissement sur ressources extérieures, elles sont arrêtées à 364,6 milliards en 2014 contre 337 milliards en 2013, soit en progression de 8,3%. Les dépenses courantes sont, pour leur part, prévues à 1346 milliards en 2014 contre 1317,1 milliards pour l'année 2013, soit une hausse de 2,2%. Elles comporteraient des dépenses de fonctionnement (autres dépenses courantes) pour 724 milliards (dont 35 milliards au titre du FSE), des 23 dépenses de personnel pour 492 milliards et des charges d’intérêt sur la dette publique pour 130 milliards.

En ce qui concerne les dépenses de personnel prévues à 492 milliards, elles se conforteraient de 4,3% par rapport à 2013. Par conséquent, le ratio de la masse salariale rapportée aux recettes fiscales devrait ressortir à 31,5% contre 32,8% en 2013, demeurant ainsi en dessous du plafond de 35% retenu dans le cadre de la surveillance multilatérale. Concernant les autres dépenses courantes, elles diminueraient légèrement de 0,8% pour s’établir à 724 milliards en 2014. Elles sont constituées des dépenses en ‘‘fournitures et entretien’’ pour 388 milliards et des ‘‘transferts et subventions’’ pour un montant de 336 milliards.

Lock full review www.8betting.co.uk 888 Bookmaker

PROGRAMME TRIENNAL D'INVESTISSEMENTS PUBLICS (PTIP) 2015 - 2017

Ce document décrit, dans un premier temps, les caractéristiques générales du programme triennal d’investissements publics sur la période 2015-2017 avec, d’une part, la mise en exergue des axes stratégiques de la politique eéconomiqueet sociale... Lire site

Plan d’Actions Prioritaires

DemoPlan d’Actions Prioritaires (PAP)

Le PAP opérationnalise le Plan Sénégal Émergent à travers la mise en cohérence des axes stratégiques, objectifs sectoriels et lignes d’actions, avec les projets et programmes de développement dans un cadre budgétaire sur la période 2014-2018... Lire suite

INDICATEURS CLÉS

Croissance économique
PIB Annuel : +4,3% imgstatut (2014 - )
Prod industrielle : -5,9% imgstatut (Juil - 2016)
PIB Trimestriel : +5,7% imgstatut (T2 - 2016)

Prix à la consommation
Indice Harmonisé : +1,4% imgstatut (Sept - 2016)
Indice National : +0,5% imgstatut (Aout - 2016)
Taux d'Inflation (2015) : 0,1%

Echanges extérieurs
Exportation : -6,3% imgstatut (Juil - 2016) 
Importation : +0,1% imgstatut (Jui - 2016)
Prix à l'export : -3,8% imgstatut (Juil - 2016) 
Prix à l'import : +1,2% imgstatut (Jui - 2016)

MAP -MEFP

Contacts

Rue René Ndiaye x Avenue Carde, 4017 Dakar
+221 33 889 21 00 - This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.